Agriculture bio - Saintonge Bio Distribution

Tout savoir sur l’agriculture & le jardinage biologique

Vous êtes ici : www.saintonge-bio-distribution.com / Tout savoir sur l’agriculture & le jardinage biologique

La base du jardinage biologique est l’utilisation du compost et des engrais verts. Des soins sont ensuite à effectuer en culture. Spécialisé dans le métier, Saintonge Bio Distribution vous dit tout sur l’agriculture bio

Le compost bio

Pour réaliser votre compost bio, vous utilisez de préférence une base de fumier d'élevage qui doit être de préférence non pollué. L'idéal serait qu’il provienne d‘une ferme biologique. Vous pouvez aussi utiliser les déchets du jardin et de la maison (tontes de gazon, épluchures...). Ce fumier doit fermenter de façon aérobie, c’est-à-dire en présence d’oxygène, pour sélectionner les meilleurs microorganismes. Vous devez donc le retourner régulièrement. Vous pouvez juger du résultat par la bonne odeur d’humus forestier qui doit s’en dégager, due aux nombreux champignons microscopiques qui s’y développent. Il ne doit pas y avoir d'odeur désagréable.


Le compost bio ainsi préparé s’emploie à raison de 100kg pour 100m2 en moyenne une année sur 2 ou 3, sur les cultures les plus exigeantes (pommes de terre, choux, courgettes, melons…).


Si vous n'en disposez pas, n'hésitez pas à acheter du compost bio en sacs, en demandant la garantie de conformité aux règles de l'agriculture biologique. Ces produits sont plus secs : la dose d'épandage est d’environ 20kg pour 100m2. Dans les plantes en pot garni d‘un mélange de terre et de terreau horticole, vous pouvez en apporter en surface tous les 6 mois à raison de 10 à 20 grammes par kg de terre.

 

 

Engrais verts dérobés

Les engrais verts dérobés se cultivent entre deux cultures, ou entre l’automne et le printemps. Ils ne modi?ent pas le plan de rotation des cultures de votre jardin, d’où leur nom. Les plus utilisés sont le Seigle ou le mélange Seigle/Vesce avec 2 à 3kg de semences pour 100m2, à mettre en place en automne. La phacélie se sème à 200 à 300 grammes aux 100m2 en fin d’été ou au printemps, avant une culture d’implantation tardive (comme les pommes de terre) ou le trèfle incarnat qui s'utilise de la même façon.

Les engrais verts

Les engrais verts sont des plantes cultivées pour être enfouies et donc fournir de l’humus et améliorer la structure de votre sol (création d'agrégats améliorant la porosité, activation des vers de terre...). Nous savons maintenant que l’effet des engrais verts tient non seulement à la matière organique qu’ils apportent, mais plus encore aux microorganismes (bactéries, champignons, protozoaires, vers microscopiques) qu'ils développent et dont le concours est indispensable à la fertilité du sol et à la croissance harmonieuse des plaines. Vous avez intérêt à en implanter même si vous disposez de compost, tant leurs béné?ces sont importants.

 

 

Engrais verts annuels

Les engrais verts dérobés se mettent en place pour une saison entière, lorsqu’un sol est fatigué par trop de cultures d‘où la baisse de l'humus et de sa structure ; ou lorsqu’il a reçu des produits chimiques (herbicides ou fongicides) qui sont quasi-systématiquement des antimicrobiens. Le sol ainsi soigné reprend le plus souvent son allure normale après 12 mois. On utilise souvent pour cet usage les légumineuses : luzerne, trè?e violet, trè?e blanc, mais attention pas le trè?e incarnat qui est une plante de jours courts (donc adapté à un engrais vert dérobé) et monte à graines très vite au printemps. Le semis s’effectue à l’automne ou au printemps, à 200 à 300 grammes aux 100m2. Dans tous les cas, le semis des engrais verts s'effectue sur une terre préparée super?ciellement (binage ou fraisage léger) en semant à la volée et en enterrant légèrement au râteau.

 

Soins en culture biologique : principes généraux

En agriculture biologique, une terre doit toujours être maintenue aérée toute pannée. C'est facile dans les terres argileuses qui gardent facilement une structure grumeleuse, mais beaucoup plus difficile dans les terres dites « battantes» qui forment une mie croûte imperméable après la moindre pluie. Il n'y a pas de jardinage biologique possible sur une terre asphyxiée.


Pour obtenir ce résultat, il faut au moins une fois par an (en automne pour les terres argileuses, en fin d’hiver pour les terres battantes), effectuer un bêchage ou un labour léger (ne pas dépasser 15 à 20cm de profondeur pour ne pas diluer l'humus de surface). Ensuite, maintenir toujours une surface bien binée et grumeleuse, surtout en début de saison où les plantes ne couvrent pas le sol. Certains jardiniers pratiquent le « mulchage ». Cette opération consistant à recouvrir le sol d'une couche de végétaux coupés (paille, tontes de gazon, etc. ...) peut favoriser les « fontes de sentis » (pourriture des jeunes plantes) et aussi les ravageurs comme les limaces ou les escargots.


Haut de page